Small nick 01

Jérôme BENBIHI

Le télétravail : une pratique largement répandue 

 

teletravail1

Désormais légalement encouragé en France, le télétravail est une réalité pour un quart des salariés. Toutes les études montrent une nette amélioration de la productivité du collaborateur adepte du télétravail. Comme le dit Olivier Brun, directeur associé du cabinet de conseil Greenworking, « cette performance sera d’autant meilleure qu’il s’agit de tâches d’exécution ou « de bureau ». Obliger le collaborateur à effectuer ces travaux dans un open-space bruyant n’a aucun sens. » 

Dans l’objectif de décrypter les enjeux de l’entreprise liés au capital humain, le comptoir MM de la nouvelle entreprise de Malakoff Médéric a réalisé une étude « Regards croisés des salariés et des entreprises du privé sur le télétravail », et viens de publier les résultats de son enquête conduite en novembre 2017 auprès d’un échantillon représentatif de 1507 salariés et 401 dirigeants d’entreprises du secteur privé d’au moins 10 salariés. 

Conclusion : Pour la majorité des salariés et des dirigeants concernés, le travail à distance permet d’accroître l’autonomie (pour 90 % des télétravailleurs interrogés) et l’engagement des salariés (pour 82 % des dirigeants).

Au fait, le télétravail contractualisé ne concerne que 6 % des salariés, alors que 19 % des salariés travaillent à distance de façon informelle et non contractualisée. Les secteurs de l’information et la communication sont surreprésentés dans le cadre contractuel (16 %) et non contractuel (37 %). De même pour le secteur des services en général, respectivement 11 % et 31 %. Les cadres sont eux aussi particulièrement représentés à la fois dans le télétravail contractuel (17 %) et non contractuel (42 %). 57 % des télétravailleurs travaillent à distance au moins un jour par semaine, et 47 % travaillent depuis leur domicile au moins un jour par semaine.

L’étude confirme les réels bénéfices pour les salariés et pour l’entreprise :

87 % des télétravailleurs estiment que cette pratique garantit une plus grande efficacité dans leur travail. En termes de bien-être et d’épanouissement personnel, le télétravail permet un meilleur équilibre vie professionnelle/vie personnelle (87 %), une diminution de la fatigue (86 %), une meilleure santé (81 %) et plus grand épanouissement dans le travail (78 %).

De plus, le télétravail présente des avantages en termes d’économie financière (83 %). L’engagement des salariés (82 %) ainsi que la responsabilisation et l’autonomie (80 %) arrivent en tête des bénéfices cités par les dirigeants. Vient ensuite le gain en termes d’image pour l’employeur (68 %). 39 % des dirigeants indiquent également la baisse de l’absentéisme et ce chiffre atteint 58 % pour les entreprises de 250 salariés et plus. 

Bien que la majorité des salariés concernés se disent très satisfaits de cette pratique, certains y voient un risque de perte de lien social et d’esprit d’équipe (pour 65 % d’entre eux et 47 % pour les dirigeants). Selon eux, la durée idéale de télétravail se situe autour de 2 jours par semaine en moyenne. 

Enfin, tant du côté des salariés que des dirigeants, la non pratique du télétravail ne résulte pas d’une opposition mais plutôt d’une incompatibilité avec le métier exercé ou le secteur d’activité (cité par 65 % des salariés non-télétravailleurs et 90 % des dirigeants qui n’ont pas mis en place cette pratique). 

Article publié sur LinkedIn

Laissez un commentaire