Small nick 01

Jérôme BENBIHI

L’avenir du travail

lavenirdu travail

Le monde du travail est en pleine métamorphose. Transformation digitale, nouvel état d'esprit des générations Y et Z face au travail, mobilité et augmentation des emplois à temps partiel nous conduisent à trouver des solutions pour s’adapter aux changements et forger une culture d’entreprise compétitive.

La frontière entre la sphère professionnelle et la sphère privée s’efface de plus en plus, les nouvelles générations sont à la recherche d’emplois porteurs de sens, et mêlant flexibilité et décisionnel collectif. Pour attirer et retenir les talents, les entreprises doivent donc innover aussi bien sur les missions qu’elles proposent, qu’en matière d’organisation de l’espace de travail, de politique managériale ou RH. Et on se pose de plus en plus les questions « Comment recruter et former les équipes idéales ? », « A quoi ressemblent les futurs lieux de travail ? », « Quelles sont les méthodes à adopter pour construire une culture forte ? ».

Sur les transformations que doivent entamer les entreprises dans leur organisation, l’analyse de l’étude “Future of Work” est très pertinente. Réalisée par le HUB Institute, think tank digital international basé à Paris qui accompagne les grandes entreprises dans leur transformation numérique, l’étude montre les 6 tendances clés associées au futur du travail :

-Adopter une culture forte et un management agile

-Recruter et former des équipes idéales

-Innover sur le lieu de travail

-Hacker sa productivité (Slack, Workplace, Microsoft teams…)

-Nouvelle génération de RH

-Vers des entreprises sans employés

En première place s’impose la culture d’entreprise avec son rôle fondamental.

Richard Branson, le fondateur de Virgin, l’explique très juste « Les employés viennent en premier, pas les clients. Si vous prenez soin de vos employés, ils prendront soin de vos clients ».

L’étude du HUB Institute précise qu’une culture d’entreprise solide repose sur la motivation, qui implique elle-même quatre facteurs :

  • Autonomie (liberté et responsabilité)
  • Apprendre et progresser (être stimulé)
  • Appartenance (notion de tribu)
  • Quête de sens (à quoi sert mon travail)

En somme, le développement d’une culture en accord avec les valeurs de l’entreprise, qui choisit le bien-être comme Business Model, est essentiel pour favoriser l’engagement des collaborateurs, la confiance et l’autonomie (et non plus le contrôle), l’échange et la transparence, donner du sens au travail et augmenter la productivité.

Certaines entreprises et organisations prêtes à apporter des améliorations considérables à leur culture d'entreprise se tournent vers l’Institut Great Place to Work®. C’est une société internationale d’étude, de conseil et de formation qui aide les entreprises et les organisations à identifier, créer et maintenir un cadre de travail où il fait bon travailler, et ce via le développement de cultures d’entreprise où règne la confiance. L’Institut Great Place to Work® effectue aussi un classement annuel des entreprises où il fait bon vivre et travailler.

Les solutions digitales - sociales, mobiles, basées sur le cloud et le big data) orientées sur le recrutement, - ont fait évoluer l'expérience du candidat et sa relation avec l'entreprise. En 2015, déjà, 82% des entreprises utilisaient un réseau social pour recruter. Grâce aux réseaux sociaux, les talents sont accessibles, plus repérables, ils se montrent en ligne et se forgent une e-réputation personnelle, aussi appelée personal branding.

Et la marque employeur est devenue un avantage concurrentiel. Les informations circulent non seulement de bouche à oreille, mais aussi sur de nombreux sites de notation des employeurs, comme Glassdoor, où tout le monde peut consulter les avis des collaborateurs et des autres candidats. Les candidats (et les clients) peuvent se renseigner sur le poste et l’équipe, sur l’ambiance et le management de l’entreprise. Comme l’estiment les chasseurs de tête, la marque employeur est une top priorité.

Les open desk chez BETC, la verdure chez Google, le mobilier comme à la maison, les animaux pour réduire le stress, se déplacer pour garder la santé… sont autant d’inspirations pour un lieu de travail innovant qui participe au bien-être des employés.

Quant à la nouvelle génération RH, une tendance s’accélère du côté du recrutement mobile, aussi appelé M-recrutement. Par exemple, il existe des applications qui reposent sur un système de matchmaking à la Tinder, qui trie automatiquement les candidats en fonction de vos préférences et vous propose de « swiper » les profils. Quand il y a un « match », vous pouvez échanger avec le candidat.

À l'avenir, les collaborateurs auront davantage d'influence sur la manière dont ils travaillent. On estime que les profils de demain seront les indépendants et les travailleurs flexibles (mobilité, horaires de travail flexibles, possibilité de travailler chez soi, apprentissage en continu…). Enfin, les employés du futur auront plusieurs employeurs. La culture d'entreprise sera alors d'autant plus importante pour les fidéliser.

 

Laissez un commentaire