Small nick 01

Jérôme BENBIHI

La transformation digitale et son incidence sur le management

 

transformationdigitaleMangement

Depuis une vingtaine d’années, la transformation digitale a fait irruption dans la vie des entreprises. Véritable mutation, elle oblige à repenser les attitudes, les modes de travail et l’organisation professionnelle. Car, la révolution numérique, ce n’est pas seulement des nouveaux outils, mais de nouvelles façons de faire, ce qui nécessite de repenser aussi bien les relations entre les collaborateurs que le rôle du manager qui doit faciliter le changement de culture dans son équipe. Collaborations extérieures, échanges multipliés avec les prestataires, équipes éclatées et mobiles, problématiques multi-générationnelles… autant d’éléments qui exigent de nouvelles formes de management. 

Certes, l’introduction de nouveaux outils est essentielle, mais pour en retirer le meilleur, ils doivent être adoptés par tous. C’est là qu’intervient la culture d’entreprise. Car l’enjeu de la transformation digitale est de stimuler la croissance des organisations dans leur ensemble, mais aussi, de modifier et d’améliorer en continu les processus de travail des employés pour les rendre plus efficaces, afin qu’ils génèrent à leur tour de la croissance.

Ce sont donc les comportements, les méthodes de management et les processus de travail qui définissent une culture d’entreprise. Le coaching s'est substitué aux directives d'hier. Il faut savoir motiver les équipes et ne pas uniquement les forcer à appliquer les règles érigées par la direction, les managers doivent se concentrer davantage sur la façon dont les équipes se coordonnent les unes avec les autres pour accomplir leurs tâches. Le modèle des entreprises très hiérarchisées, que nous connaissons tous, n'est plus adapté au contexte actuel qui requiert agilité, flexibilité et rapidité.

Avant, le management était un métier, alors qu’aujourd’hui il peut s'agir d'un rôle qui peut changer selon les circonstances, voire être attribué ou endossé selon les besoins. « On peut être le manager d'une équipe de dix personnes sur un projet spécifique puis redevenir un « simple » collaborateur de l'entreprise. Cela exige une souplesse et une agilité nouvelles, ainsi qu'un changement profond dans la façon de percevoir la dimension décisionnelle de son activité. S'il s'agit toujours d'accompagner ses équipes et de prendre les décisions, cet accompagnement est devenu moins autoritaire et aussi plus exigeant en termes d'attention à l'autre. », explique Emmanuel Stanislas, fondateur de Clémentine, cabinet de recrutement du digital et de l'IT.

Le manager doit désormais assurer la bonne exécution des projets tout en facilitant l'émergence d'idées et pratiques innovantes - tant au niveau des modes de travail que des produits ou services proposés par l'entreprise. Faire preuve de bienveillance est à présent indispensable au bon fonctionnement d'une entreprise. 

Manager une équipe à l'ère numérique ne recouvre donc plus les mêmes réalités. La transition s'est faite progressivement, ajoute E. Stanislas, les bonnes pratiques ont été identifiées, pourtant le défi demeure complexe. Ce défi se manifeste dans le besoin croissant qu'ont les entreprises de cultiver de nouveaux cadres relationnels propres à favoriser la performance et l'innovation. On peut ainsi dire que le numérique contribue, in fine, à humaniser le management. 

Article publié sur LinkedIn 

Laissez un commentaire