Small nick 01

Jérôme BENBIHI

Télétravail et inégalités en France

 

Télétravail

Tous les salariés français ne sont pas égaux face aux nouvelles formes de travail. C’est ce que révèle l’étude menée il y a un an par Citrix/One Poll auprès de 1500 salariés en France.
Environ 7 millions de travailleurs français sont éligibles au télétravail, soit 26% des actifs. Malgré le fait qu’ils soient ouverts au télétravail, le sondage dévoile que cette pratique est encore loin d’être généralisée : environ 3/4 des salariés interrogés n’ont pas l’opportunité de travailler à distance, et 85%, assurent qu’ils n’ont reçu aucune information de leur employeur suite au changement de législation. De plus, pour 1/3 des personnes interrogées, le télétravail n’est tout simplement pas un sujet abordé dans l’entreprise.

Pourtant, cette forme de travail présente des avantages certains pour l'employeurs et l'employé :
 • Baisse de 5,5 jours par an d’arrêts maladies
 • Augmentation du temps de travail de 2,5%
 • Augmentation de la productivité de 22%
 • Augmentation du temps de sommeil de 45 min par journée télétravaillée
 • Temps moyen gagné en moyenne par jour télétravaillé : 37 min
 • 96% de satisfaction des 2 parties prenantes

Outre l’inégalité d’accès selon l’entreprise pour une majeure partie des salariés, au sein même de celles qui ont mis en pratique le télétravail, il y a un manque de transparence et d’accessibilité selon le statut et les qualifications de chacun.
Ainsi parmi les cadres/managers, 32% ont la possibilité de travailler à distance, contre moins de 20% pour les non-cadres. L’accès est encore plus restreint pour les moins de 25 ans, qui indifféremment du poste qu’ils occupent, ne se le voient offrir que dans 14% des cas.

Rappelons que la réforme du télétravail a permis des avancées et facilité la pratique du télétravail. Pourtant, 85% des personnes interrogées n’ont pas été mis au courant par leur direction de la réforme. Ce manque de connaissances sur le sujet est accompagné par une barrière culturelle : le salarié a peur d’être mal jugé de sa hiérarchie s’il travaille de chez lui. En effet, une partie des salariés redoute que leur performance soit mal évaluée, de par le manque d’outils permettant de quantifier la performance d’un collaborateur en télétravail notamment.

Selon l’enquête menée par Citrix/One Poll, les Français ont une vision paradoxale des outils technologiques. 80% des répondants voient un lien direct entre la productivité et la technologie disponible. Mais seulement 63% d'entre eux considèrent que ces outils ont un impact sur leur propre productivité.
40% des équipes de direction déclarent avoir vu leur niveau de productivité augmenter ces trois dernières années grâce aux nouveaux outils technologiques, contre 30% des salariés.
Ces inégalités sont en effet liées au niveau de compétences des collaborateurs. Pour près de 40% des personnes interrogées, la productivité d’un individu dépend de son niveau de compétences. Ainsi, la formation est perçue comme le meilleur moyen d’acquérir de nouvelles compétences, surtout pour les seniors et les jeunes.

Dans un avenir proche, les besoins de formation et des changements dans les pratiques de travail arrivent en tête des raisons principales qui changeront la productivité des salariés. Un signal fort de leur part sur la recherche et le besoin de flexibilité et des compétences nécessaires à la maitrise de nouveaux outils.

Article publié sur LinkedIn 

 

Laissez un commentaire