Small nick 01

Jérôme BENBIHI

Comment vous rendre attractifs aux millennials

 

ucaasgeneration

Comment les jeunes générations influencent-elles les entreprises ? Comment les entreprises innovantes prennent des mesures du changement des attentes des millennials ou comment gagner en attractivité auprès d’eux ?

Pour séduire, fidéliser, et bien manager les jeunes talents, les employeurs doivent d’abord mieux comprendre ce que cette génération attend de son emploi. Adaptez vos discours, le process de recrutement, et surtout, les méthodes et l’environnement de travail ! Les millennials, ou digital natives, nés entre 1995 et 2010 ont grandi avec Internet et les smartphones. Elevés dans la culture de l'immédiateté, ils préfèrent l’agilité, des meilleures conditions de travail, un véritable équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle ou bien des valeurs d’entreprise en cohérence avec les leurs.

Dans l’objectif de mieux connaitre les conditions d’entrée des millennials dans la vie active, Deloitte (en partenariat avec OpinionWay) a réalisé sa 6e édition de son baromètre sur « L'humeur des jeunes diplômés », 2017. Les principales conclusions de cette enquête montrent que les jeunes diplômés expriment de fortes attentes vis-à-vis de l’entreprise qui doit entamer une mutation en matière d’organisation du travail. « La manière de travailler dans les entreprises se transforme, progressivement poussée par l’arrivée des nouvelles générations exprimant des attentes fortes à leur égard. Le détachement physique, que ce soit chez soi ou dans un espace professionnel prévu à cet effet, est apprécié mais ne représente pas un enjeu majeur. Sceller une relation de confiance entre employeur et salarié en privilégiant une plus grande autonomie est aujourd’hui au cœur des préoccupations des jeunes diplômés », analyse Géraldine Segond, Associée DRH adjointe chez Deloitte France. La culture d'entreprise les intéresse profondément, ils attendent de l'entreprise qu'elle soit un lieu d'épanouissement. Adeptes du management bienveillant et participatif, aspirant la transparence, la confiance, les jeunes souhaitent prendre part aux décisions et avoir plus d’autonomie. Géraldine Segond ajoute que « La flexibilité est perçue comme une marque de confiance que l'entreprise témoigne au collaborateur donc cela fait écho à la demande d'un management participatif et responsabilisant ». 43 % des sondés plébiscitent le télétravail, 87% la flexibilité des horaires et 78% le choix des missions, montrant ainsi leur souhait de pouvoir évoluer dans un environnement de travail où la confiance et l’autonomie sont favorisées. En outre, l’entreprise doit leur proposer des services permettant la convivialité comme le restaurant d’entreprise (68%) et la cafétéria (69%) en priorité.

Cette génération n’a pas une grande difficulté de trouver du travail : 77% des jeunes ayant terminé leurs études au cours des trois dernières années déclarent être actuellement en poste (+7 points en un an). 70% d’entre eux ont obtenu un contrat à durée indéterminée. Précisons toutefois que pour cette génération le CDI n’est plus le saint graal, car elle privilégie l’indépendance, la liberté de choisir entreprises et missions. Le temps de recherche des jeunes en poste est de deux mois en moyenne. 62% des enquêtés ont trouvé leur emploi actuel en moins d’un mois. Ceux qui cherchent encore un emploi ont quant à eux largement dépassé ce délai (plus de 5 mois).

L’entreprise idéale des jeunes n’est ni la start up, ni Cac40, ni GAFA. D’après le baromètre, seulement 5 % souhaitent rejoindre les Gafa, 29 % préfèrent les entreprises de taille intermédiaire, 24 % les PME et 13 % les sociétés familiales. Toutefois, 48 % n'excluent pas de quitter leur employeur pour créer leur propre entreprise. Par ailleurs, l’expatriation ne séduit pas vraiment les jeunes, 84 % estiment que leur avenir est en France.

Enfin, pour cette génération de plus en plus curieuse et cultivée, l'apprentissage professionnel est la clé de la réussite. Les entreprises doivent donc prendre en compte que l'acquisition continue de nouvelles compétences s'impose comme un facteur d'attraction, d'engagement et de fidélisation des jeunes collaborateurs.

Source

Laissez un commentaire