Small nick 01

Jérôme BENBIHI

Le « full » télétravail ne séduit plus 

iStock 1313674009 texteJérôme BENBIHI CEO, ADENIS
 

L’enthousiasme que l’on a pu constater en 2020 autour du télétravail n’est plus vraiment d’actualité fin 2021. Les salariés ressentent le besoin de retourner au bureau dans un souci de reconnaissance et de motivation mais aussi pour reprendre une nécessaire vie sociale. 

Selon une récente étude, un salarié sur deux se sent moins reconnu en télétravail qu’au bureau. Chez eux, ils se sentent invisibles. Les échanges se font par mail ou téléphone interposé. Chacun travaille seul dans son coin et se sent isolé des autres. Difficile dans ces conditions de continuer à cultiver l’esprit d’équipe et plus encore le travail d’équipe.

Ce sont tous ces constats qui conduisent de plus en plus de télétravailleurs à reprendre le chemin du bureau. Aujourd’hui, même si encore 1 salarié sur deux est encore en télétravail, seuls 7 salariés sur 10 sont restés en 100% télétravail. Les ¾ d’entre eux sont en télétravail entre 1 et 3 jours par semaine.

L’envie de retrouver ses collègues

Durant les multiples confinements que nous avons connus ses deux dernières années, tous les télétravailleurs ont vécu la même chose, forcés de renoncer à toute vie sociale. Fini les pauses entre collègues pour discuter autour d’un café ou d’un déjeuner. Quand on travaille à distance, il n’est plus possible de maintenir le lien social avec les autres membres de l’équipe. Seuls les échanges professionnels perdurent. Et c’est la raison principale pour laquelle les salariés souhaitent aujourd’hui pour la plupart revenir au bureau. 50% des salariés franciliens de moins de 35 ans ont ainsi motivé leur choix de revenir en présentiel. 67% d'entre eux avouent même considérer leurs collègues comme des amis.

Le télétravail perçu comme un handicap par les plus jeunes

Toujours selon cette même étude, la catégorie des travailleurs de moins de 35 ans est celle qui a le moins recours au télétravail aujourd’hui. La plupart n’effectue que 2 jours de télétravail en moyenne par semaine contre 3 jours en moyenne pour les plus de 35 ans. Ceci s’explique notamment car ce sont les plus jeunes qui ont le plus souffert de la crise sanitaire. Compliqué en effet pour un jeune salarié de comprendre le fonctionnement et la culture d’entreprise à distance. Et compliqué également d’apprendre leur métier sans contact direct avec leurs collègues plus expérimentés.

La flexibilité privilégiée pour plus d’efficacité

Par ailleurs, outre la convivialité et l’esprit d’équipe incontestablement favorisés quand on travaille au bureau, l’efficacité et la productivité sont elles aussi en question. Les chiffres l’attestent : un télétravailleur sur deux avoue être plus efficace et plus productif au bureau qu’en télétravail, notamment sur les dossiers qui nécessitent de travailler en équipe. Cependant, les longues réunions au bureau sont toujours aussi chronophages et les process encore trop complexes. C’est pourquoi, pour bien travailler, l’heure est aujourd’hui à la flexibilité et au travail hybride qui permet aux salariés de mixer travail à domicile et au bureau selon les tâches à accomplir.

 Article publié sur LinkedIn

Laissez un commentaire